Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 23/03/2022 20h00

Transcription

GUERRE EN UKRAINE : Volodymyr Zelensky demande aux entreprises français de quitter la Russie ; et autres nouvelles.

Anne Corpet : RFI, il est 21h à Paris. Bienvenue dans le Journal en français facile présenté ce soir avec Mehdi Meddeb, bonsoir Mehdi.
 
Medhi Meddeb : Bonsoir Anne Corpet, bonsoir à tous.
 
AC : Le président ukrainien s'est adressé aux parlementaires français par visio conférence aujourd'hui. Volodymyr Zelensky demande aux entreprises françaises de quitter la Russie. Vous l'entendrez dans ce journal. 
 
MM : Joe Biden s'est envolé pour l'Europe. Le président américain doit participer demain à trois sommets internationaux à Bruxelles : celui de l'Otan, du G7 et de l'Union européenne. Tous seront consacrés à la guerre en Ukraine. 
 
AC : Grosse déception pour les jeunes filles en Afghanistan. Elles espéraient pouvoir retourner ce mercredi au collège et au lycée. Mais les talibans au pouvoir ont finalement annoncé au dernier moment qu'elles devaient rester chez elles.
 
MM : Le Sri Lanka plongé dans une crise économique sévère. L'inflation atteint des niveaux records et les habitants commencent à fuir le pays. Les premiers réfugiés sont arrivés en Inde.
 
----
 
MM : Près de 100 000 personnes sont toujours prises au piège dans les ruines de Marioupol.
 
AC : La ville est constamment bombardée par les Russes et la situation humanitaire est catastrophique. Il n'y a plus d'eau, d'électricité, de gaz, plus de nourriture. La procureure générale d'Ukraine parle de « génocide ». Dans un communiqué ce soir, le secrétaire d'État américain dit officiellement que des crimes de guerre ont été commis par les forces russes. Antony Blinken cite notamment les bombardements de la maternité et du théâtre de Marioupol. 
 
MM : Le président ukrainien poursuit sa tournée virtuelle : après le congrès américain, la Knesset israélienne, le parlement japonais, il est intervenu ce mercredi devant les élus français.
 
AC : Volodymyr Zelensky a appelé les entreprises françaises à quitter la Russie. La France est le premier employeur étranger en Russie, elle y emploie 160 000 personnes. Pour le président ukrainien, ces entreprises participent à l'effort de guerre russe. On l'écoute. 
 
Les entreprises françaises doivent quitter le marché russe. Renault, Auchan, Leroy Merlin et d’autres, doivent cesser d'être les sponsors de la machine de guerre de la Russie. Ils doivent arrêter de financer le meurtre d'enfants et de femmes, de financer les viols. Ils doivent cesser de parrainer les pillages de l’armée russe. Toutes ces entreprises doivent se rappeler que les valeurs valent plus que les profits, ces profits qui se font sur le sang. Nous devons déjà penser à l’avenir, à la façon dont nous allons vivre après la guerre. Il faut des garanties fortes que la sécurité sera inébranlable, qu’il n’y aura plus de guerre et que les guerres ne seront plus possibles dans ce monde.
 
AC : Volodymyr Zelensky a été entendu par Renault. Le conseil d’administration du fabricant automobile vient de l’annoncer : il a décidé la suspension de toutes les activités du groupe en Russie.
 
MM : Joe Biden estime qu'une attaque russe à l'arme chimique en Ukraine est une menace crédible.
 
AC : Déclaration faite par le président américain au moment de son départ en Europe. Joe Biden va assister à trois sommets à Bruxelles en Belgique : Otan, G7 et Union européenne. L'Otan veut justement augmenter son aide à l'Ukraine et lui livrer des équipements contre les armes chimiques. Les alliés vont aussi renforcer leur présence à l'est de l'Europe. Mais pas question de s'impliquer directement dans le conflit. À Bruxelles, correspondance de Pierre Benazet.
 
Parmi les décisions que devront prendre les trente alliés lors du sommet figure la montée en puissance des troupes de l’Otan sur son flanc est. L’Alliance a mis en place quatre bataillons dans les pays baltes et la Pologne depuis l’annexion de la Crimée. La taille de ces bataillons vient d’être doublée. Leur nombre va doubler lui aussi avec la mise en place de quatre nouveaux bataillons dans les pays alliés voisins de l’Ukraine : Bulgarie, Roumanie, Hongrie et Slovaquie. Et ces troupes constitueront un des piliers du renforcement à long terme de l’Otan face à la Russie. Elle n’est pas la seule à inquiéter les alliés qui estiment que la Chine joue un rôle trouble. Jens Stoltenberg, secrétaire-général de l’Otan. « La Chine a apporté un soutien politique à la Russie et les Alliés craignent que la Chine fournisse un soutien matériel à l'invasion russe. Je m'attends à ce que les dirigeants appellent la Chine à assumer ses responsabilités en tant que membre du Conseil de sécurité des Nations unies, à s’abstenir de soutenir l'effort de guerre de la Russie et à se joindre au reste du monde pour appeler à une fin immédiate et pacifique de cette guerre. » Les alliés vont augmenter leurs fournitures d’armement à l’Ukraine et l’Otan va aussi renforcer ses postures de défense nucléaires, bactériologiques et chimiques. Pierre Benazet, Bruxelles, RFI.
 
MM : Vladimir Poutine exige que les livraisons de gaz à l'Union européenne soient désormais payées en roubles.
 
AC : Moscou n'acceptera plus les dollars, ni les euros. Une manière de riposter aux sanctions, notamment au gel des avoirs russes décidé par les occidentaux. Pour l'Allemagne, cette exigence est une rupture de contrat.
 
MM : En Afghanistan, les lycéennes et les collégiennes ont été privées de rentrée scolaire ce matin.  
 
AC : Les talibans avaient pourtant promis lundi qu’elles pourraient reprendre leurs études aujourd'hui, après une interruption des classes de plus d’un an. Mais les autorités ont finalement changé d'avis au dernier moment. Le ministère de l'Éducation a annoncé ce matin que les élèves devaient rester chez elles. Une grosse déception pour les jeunes filles afghanes. Correspondance régionale à Islamabad,Sonia Ghezali. 
 
Devant les collèges et les lycées ce matin, des scènes déchirantes comme celle que vous entendez, filmée par la chaine de télévision afghane tolonews. Une lycéenne en uniforme, voile blanc sur les cheveux, en sanglots, se confie à la journaliste : « j'étais tellement heureuse hier soir à l’idée de retourner à l’école ; et contente de porter mon uniforme ce matin, mais quand je suis arrivée ici, ils nous ont dit qu’on n’avait pas l’autorisation ». Près d’elle, d’autres jeunes filles, qui essuient leurs larmes. Les talibans n’ont pas tenu leur promesse de rouvrir les établissements secondaires aux filles. Pour Heather Barr, directrice associée de l’organisation Human Rights Watch, ce revirement de situation est alarmant : « Si les talibans avaient tenu leur promesse de rouvrir toutes les écoles secondaires, cela aurait envoyé un signe fort, que les pressions internationales fonctionnent et que les talibans sont prêts à faire des compromis, y compris sur les droits des femmes afin d’obtenir une légitimité. Ce qu’il se passe envoie un message contraire. Cela montre qu’ils n’ont pas la volonté ou la capacité de faire ces changements et qu’ils s’accrochent à leurs doctrines fondamentales qui sont profondément misogynes. » Les talibans montrent aussi leur faiblesse, c’est comme s’ils avaient peur de prendre une décision tranchée sur un sujet controversé au sein de leurs rangs, a réagi la chercheuse Ashley Jackson. Sonia Ghezali, Islamabad, RFI.
 
MM : Le Sri Lanka fait face à la pire crise économique des dernières décennies.
 
AC : À cause du manque de devises étrangères, le pays n’a plus les moyens d’importer assez d’essence ou de produits de première nécessité. Cela a entrainé une inflation record, la plus importante hausse des prix d’Asie. 
Cette crise économique devient maintenant humanitaire : les Sri lankais commencent à fuir leur pays. Les premiers réfugiés sont arrivés hier sur les côtes indiennes. Récit de notre correspondant régional,Sébastien Farcis.
 
Un jeune couple avec leur bébé de 4 mois. Une femme avec ses enfants. En tout, 16 Sri lankais originaire du nord de l’ile ont accosté en Inde illégalement mardi matin, sur deux embarcations différentes. Une traversée de quelques dizaines de kilomètres seulement entre les deux pays, mais une opération de survie pour eux. Ces Sri lankais modestes, généralement sans emploi, affirment, en effet, que les prix du lait et du pain ont triplé, que les bonbonnes de gaz sont difficiles à trouver, et qu’il devenait ainsi compliqué de nourrir leurs enfants. Leur fuite pourrait constituer le début d’un large exode économique : des associations tamoules indiennes estiment que des milliers d’autres Sri lankais tamouls seraient également prêts à fuir pour échapper à l’inflation et à la disette. Cela rappelle à tous la fuite tragique de dizaines de milliers de tamouls vers l’Inde à partir de 1989. Ils fuyaient alors la sanglante guerre civile lancée par la rébellion de Tigres tamouls. Sébastien Farcis, New Delhi, RFI.
 
MM : Et une grande figure de la diplomatie américaine vient de mourir. 
 
AC : Madeleine Albright était la première femme à avoir occupé le poste de secrétaire d'État américain. Elle est morte à l'âge de 84 ans. 
RFI, 21 h 10, c’est la fin de ce Journal en français facile.

 

Article publié le 23/03/2022

RFI - Radio France Internationale