Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 19/03/2022 20h00

Transcription

GUERRE EN UKRAINE : les combats continuent après 24 jours de guerre ; et autres nouvelles.

Mayeule de Charon : RFI, il est 20 h en temps universel, 21 h à Paris. Avec Clémentine Pawlotsky, nous sommes ensemble pendant 10 minutes pour votre Journal en français facile.
 
Clémentine Pawlotsky : Bonsoir Mayeule, et bonsoir à tous.
 
Mayeule de Charon : À la Une de cette édition du samedi 19 mars.
 
CP : Les combats continuent en Ukraine après 24 jours de guerre. Dans le sud du pays, au moins dix personnes sont mortes dans des frappes à Mykolaïv. Nous ferons le point avec notre envoyé spécial à Odessa.
 
MdC : Nous entendrons aussi le témoignage de Max. Ce réfugié ukrainien de 26 ans a fui la ville Marioupol, assiégée depuis plusieurs jours, mais son père est resté coincé le bas pendant deux semaines.
 
CP : Une cérémonie était organisée aujourd'hui à Paris, au Palais de l'Élysée, pour commémorer les Accords d'Évian. Il y a soixante ans, le cessez-le-feu entrait en vigueur, c'est-à-dire commençait, débutait, après 7 ans de guerre en Algérie.
 
MdC : Et puis ce soir, c'est peut-être un match historique pour le XV de France. Les Bleus affrontent l'Angleterre pour la 5e journée du Tournoi des VI nations de rugby. Cédric de Oliveira, vous êtes au Stade de France, le coup d'envoi vient d'être donné. 

CdO : Oui, il y a 2 minutes à peine. Coup d'envoi de Romain Ntamack, qui est le ballon et qui est dans le camp de l'équipe de France. Pour l'instant, toujours 0 à 0 entre les 2 équipes. 

MdC : Merci Cédric de Oliveira. On vous retrouve à la fin de ce journal pour faire un point sur les dix premières minutes de ce match.
 
-----
 
CP : Les combats s'intensifient en Ukraine au 24e jour de la guerre.
 
MdC : Des missiles hypersoniques ont été utilisés pour la première fois par la Russie pour détruire un dépôt d'armement souterrain dans l'Ouest de l'Ukraine. Selon Moscou, ils sont plus manœuvrables et défie tous les systèmes de défense antiaérienne. Dans le sud de l'Ukraine, les combats font rage aussi.Cléa Broadhurst, envoyé spécial de RFI en Ukraine, se trouve à Odessa.
 
Quelques bombardements ont été entendus au loin et l'alarme a résonné à plusieurs reprises dans les rues de la ville. Mais c'est à Mykolaïv, situé à 2 h à peine à l'est de la ville portuaire où nous nous trouvons, que des dizaines de personnes ont été tués dans une frappe ce samedi. Cette frappe a touché une caserne militaire ou 200 soldats se trouvaient. Au moins 50 corps ont été extraits des décombres. Le site, qui se trouve dans le Nord de cette ville, a complètement été dévasté après avoir été frappé par 6 roquettes vendredi matin. Les Russes disent avancer. L'armée russe affirme avoir réussi à pénétrer dans Marioupol, ville assiégée depuis des semaines et théâtre de bombardements qui ont visé des civils ces derniers jours. Si la prise de Marioupol est confirmée, ce serait un tournant important dans la guerre. Les combats de rue se poursuivent dans le centre de la ville, ce qui empêchent l'évacuation des blessés. Ce samedi, la Russie a déclaré que ses forces ont utilisé des missiles hypersoniques. Ce sont des armes de pointe capables de se déplacer à plus de 5 fois la vitesse du son pour cibler un dépôt d'armes souterrain dans l'Ouest de l’Ukraine. Cléa Broadhurst et Jad El Khoury, Odessa, RFI.
 
MdC : Nous venons de l'entendre, la situation est très difficile à Marioupol. La ville est assiégée depuis maintenant 18 jours.
 
CP : Écoutez à ce sujet, le témoignage de Max Ballon, il a 26 ans. Cet habitant réfugié à l'ouest du pays, n'a pas pu fuir avec son père qui a été bloqué pendant deux semaines dans la ville.
 
Je suis originaire de Marioupol et aujourd'hui je vis à Lviv avec ma mère et ma sœur. Ma grand-mère et mon père ont été piégés pendant 2 semaines. Je n'ai pas pu parler à mon père pendant toute cette période, j'ai reçu un ou 2 messages de sa part et hier, j'ai reçu un premier appel. Il me disait que tout allait bien. Ils ont réussi à bouger à une vingtaine de kilomètres de Marioupol. Mais je ne sais pas quelle est leur situation là-bas. Ils ont vécu dans un sous-sol pendant je ne sais combien de temps. Il n'y avait pas de nourriture, pas de gaz, pas d'eau, rien. Mon père vivait à côté de l'opéra, qui a été bombardé au centre de Marioupol. C'était le cœur de Marioupol. Ça fait partie de mon enfance et ils l'ont bombardée. 

MdC : Ce témoignage a été recueilli par Edouard Dropsy dans la ville de Lviv.
  
CP : Le nombre de réfugiés, Mayeule, continuent d'augmenter. Selon l'Organisation des Nations unies, plus de 3 millions 300 000 ukrainiens ont désormais fui leur pays.
 
MdC : Comme Max que nous venons d'entendre, 6 millions sont déplacés à l'intérieur même de l'Ukraine. 90 % des habitants qui ont quitté le pays sont des femmes et des enfants.
 
CP : Le président ukrainien a lui demandé des pourparlers sérieux dans une vidéo prise de nuit dans une rue déserte et diffusée sur Facebook.

MdC : « Des pourparlers afin d'éviter à la Russie des conséquences sur plusieurs générations », ce sont les mots de Volodymyr Zelensky. La présidence ukrainienne appelle également la Chine à s'aligner avec les occidentaux et à condamner la barbarie russe en Ukraine.
  
CP : Le 60e anniversaire des Accords d'Évian a été commémoré aujourd'hui en France. Après plus de 7 ans de guerre en Algérie, le cessez-le-feu est entré en vigueur, a commencé, le 19 mars 1962.
 
MdC : Une réception a été organisée à la mi-journée au palais présidentiel, l'Élysée, à Paris. 200 personnes avaient été invitées par le président français.
 
CP : Et sans faire de nouvelles annonces, Emmanuel Macron a une nouvelle fois plaidé, demandé, une réconciliation des mémoires. Magali Lagrange était sur place.
 
Le 19 mars ne fut ni le début, ni la fin de la guerre, mais elle fut un jalon, explique le président français. Emmanuel Macron rappelle les gestes mémoriels de son quinquennat : reconnaissance de la responsabilité de l'armée française dans la mort de Maurice Audin et d'Ali Boumendjel, rapport de l'historien Benjamin Stora et les gestes, aussi, envers l'Algérie, comme par exemple la restitution de crânes de résistants algériens du XIXe siècle. « Beaucoup diront : "Vous faites tout cela, mais vous n’êtes pas sérieux parce que l’Algérie ne bouge pas". Mais je vais être très direct avec vous, je pense que le jour viendra où l’Algérie fera ce chemin. Je pense qu’il est plus difficile pour le peuple algérien et les dirigeants algériens encore que pour nous, mais il viendra. Donc, j’assume cette main tendue et je pense qu’elle sera suivie de gestes, d’actes, progressivement. » Un discours en l'absence de tout officiel algérien, même si l'ambassadeur d'Algérie en France avait été convié. Mais en présence notamment de témoins de la guerre d'Algérie : appelés, combattants indépendantistes, harkis et rapatriés. Quatre d'entre eux ont pris la parole, dont Rose-Marie Antoine, venue porter la mémoire des rapatriés. « Les jeunes générations doivent savoir que cette guerre, et tout ce qui l’a précédée, a généré de profondes fractures de part et d’autre de la Méditerranée. Il est temps que nous fassions de toutes ces mémoires blessées une force pour construire un avenir ensemble. » Des jeunes étaient présents aussi dans la salle. Une centaine de lycéens et collégiens, ainsi que leurs enseignants, avaient été invités. 

CP : Reportage de Magali Lagrange pour RFI.
10 ans après, la ville de Toulouse se souvient.
 
MdC : Une cérémonie a été organisée aujourd’hui pour commémorer les attentats terroristes de mars 2012 perpétrées, c’est-à-dire commis ou fait, par Mohamed Merah. Sept personnes étaient mortes, trois militaires, trois enfants et un professeur d'une école juive de la ville.
  
CP : Le coup d'envoi vient d'être donné au Stade de France.
 
MdC : Celui du Crunch, c'est le nom donné aux matchs de rugby entre La France et l'Angleterre. Les deux équipes jouent ce soir pour le compte la 5e journée du tournoi des VI Nations. Après quatre victoires en quatre matchs, le XV de France vise le grand chelem, c'est-à-dire gagner tous les matchs. Les supporters des Bleus l'attendent depuis 2010 maintenant. Cédric de Oliveira vous êtes sur place, où est ce qu’on en est après maintenant dix minutes de jeu. 

Et pour l'instant, bonsoir. Toujours 0 à 0 entre le XV de France et l'Angleterre même si à l'instant, eh bien, la France vient de marquer ses 3 premiers points grâce à une pénalité. Le ballon est passé entre les poteaux ça fait donc 3 points grâce à l'arrière Melvine Jaminet, l'arrière du XV de France. Les Bleus qui démarrent bien cette rencontre, eux qui ont été mis sous pression dans leur propre camp dès les premières minutes. Mais ils ont repris leurs esprits ces joueurs français. Les Français qui, on le rappelle, doivent s'imposer pour remporter ce tournoi des VI nations. Vous l'avez dit le Grand Chelem, remporter tous les matchs, est à portée de main. Il faudra donc s'imposer ce soir. Les Bleus, qui maintenant sont dans leur camp. Et c'est Antoine Dupont qui dégage le ballon loin devant les Anglais qui vont essayer de réagir. Mais pour l'instant, c'est bien cette équipe de France qui est devant 3-0 alors qu'on joue depuis 10 minutes au Stade de France. 

MdC : Merci Cédric de Oliveira.
  
CP : Du football à suivre aussi ce soir.

MdC : Nantes reçoit Lille en ce moment au Stade de la Beaujoire pour le compte de la 29e journée de Ligue 1. Cet après-midi, Lens a battu Clermont, 3 buts à 1.

Article publié le 19/03/2022

RFI - Radio France Internationale