Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 16/03/2022 20h00

Transcription

GUERRE EN UKRAINE : plaidoyer du président ukrainien devant le congrès américain ; et autres nouvelles.

Anne Corpet : Bienvenue dans le Journal en français facile.

Le plaidoyer du président ukrainien devant le congrès américain. Volodymyr Zelensky a une nouvelle fois demandé l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne. Il n'a pas obtenu cette mesure, mais une importante aide militaire lui a été accordée.

La charge de Vladimir Poutine contre l'occident. Dans un discours, le président russe a comparé les sanctions prises contre la Russie aux massacres subis par les juifs. Le chef du Kremlin estime que son opération en Ukraine est un succès.

En Ukraine, les civils continuent d'être victimes des bombardements. À Marioupol, dans le sud-est du pays, les forces russes retiennent en otage le personnel du dernier hôpital en fonctionnement.

Nous reviendrons aussi sur le désengagement des entreprises occidentales de Russie. Un retrait parfois compliqué par des situations juridiques particulières. 

-----

AC : « Être le leader du monde, c'est être le leader de la paix », c'est le message de Volodymyr Zelensky aux Américains. Le président ukrainien s'est exprimé devant le Congrès ce mercredi par liaison vidéo. Il a répété son appel à instaurer une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine, une zone où les avions n'auraient pas le droit de voler. Mais il n’a pas été entendu sur ce point : cette option a toujours été exclue par les États-Unis. Pour Washington, une telle décision entraînerait un affrontement direct avec Moscou, ce que Joe Biden veut éviter à tout prix. Cela n'a pas empêché Volodymyr Zelensky de plaider sa cause une nouvelle fois sur ce sujet. On écoute le président ukrainien.  

« Notre État en fait l'expérience au quotidien ! Toutes les nuits ! Depuis trois semaines maintenant, dans diverses villes ukrainiennes : Odessa et Kharkiv, Tchernihiv et Soumy, Jytomyr et Lviv, Marioupol et Dnipro. La Russie a transformé le ciel ukrainien en source de mort, pour des milliers de personnes. Les troupes russes ont déjà tiré près d'un millier de missiles sur l'Ukraine et ont envoyé d'innombrables bombes. Ils utilisent des drones pour tuer plus. C'est une terreur que l'Europe n'a pas connue depuis plus de 80 ans. Et nous demandons une réponse, une réponse du monde à cette terreur. Est-ce trop demander ? Créer une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine, c'est sauver des gens. Mettez en place une zone d'exclusion aérienne humanitaire. Créez les conditions dans lesquelles la Russie ne pourra plus terroriser nos villes paisibles jour et nuit ».

AC : Peu après le discours de Volodymyr Zelensky, Joe Biden a autorisé l'envoi de 800 millions de dollars d'aide militaire supplémentaire à l'Ukraine. Le président américain a notamment promis des systèmes de défense anti-aérienne plus performants, des systèmes anti-chars, des armes légères et des munitions.

Vladimir Poutine s'est aussi exprimé ce mercredi. Un discours très offensif. Le président russe a accusé l'Occident de vouloir dominer le monde. Il a aussi estimé que les sanctions imposées contre la Russie allaient la renforcer. Vladimir Poutine a enfin parlé de succès pour évoquer les opérations menées par l'armée russe en Ukraine. Vincent Souriau.

Vladimir Poutine accuse l'Occident de mener une guerre totale à l'encontre de la Russie. Une Blitzkrieg, une guerre-éclair à la fois politique et économique, mais aussi, dit-il, une guerre de l'information. Comportement odieux, dit-il, indécent, propos hypocrites derrière lesquels, affirme le président russe, se cachent des objectifs géopolitiques hostiles. Et Vladimir Poutine de comparer les sanctions occidentales à des pogroms, autrement dit aux persécutions qui ont visé les populations juives en Russie au début du 19e siècle. Car, poursuit-il, les pays occidentaux ne veulent pas d'une Russie forte et souveraine. L'opération militaire en Ukraine ? C'est un succès, d'après le maître du Kremlin, pour qui cette offensive a été déclenchée car toutes les options diplomatiques avaient été épuisées. Nous n'avions pas d'autre choix, martèle Vladimir Poutine, car nous ne permettrons pas que l'Ukraine serve de tête de pont à des actions agressives contre la Russie. Quant aux conséquences économiques des sanctions, le président russe reconnaît que la situation n'est pas simple, mais il promet d'augmenter les minimaux sociaux, les salaires des fonctionnaires, le pensions de retraite et de réformer le droit des affaires afin de supprimer les entraves administrations qui pèsent sur les entreprises russes.

AC : Sur le terrain, les forces russes ont poursuivi l'encerclement et le bombardement des villes ukrainiennes. Le maire de Kiev la capitale, a accusé les Russes d'avoir bombardé des habitations ce mercredi soir. À Kharkiv dans l'est, un obus est tombé sur un marché. Trois personnes sont mortes selon les secours ukrainiens. À Marioupol, dans le sud-est du pays, un théâtre où des civils s'abritaient a été bombardé. Toujours dans cette ville, des civils sont retenus en otage dans un hôpital. C'est le gouverneur qui l'annonce. Il accuse l'armée russe de retenir des médecins et des malades dans l'établissement. C’est le dernier hôpital encore en état de fonctionner dans la ville. Olga Reshetylovaest coordinatrice de l'ONG ukrainienne Media iniative for human rights et elle a reçu un appel de cet hôpital hier. 

Nous avons reçu un appel d'une personne se trouvant dans cet hôpital. Ce témoin nous a expliqué que le personnel soignant et les patients étaient retenus en otage par les troupes russes. Les soldats n'autorisent personne à sortir et tirent sur ceux qui essaient de s'échapper. Ce témoin nous a également dit que d'autres civils, des habitants de Marioupol, avaient été conduits de force dans cet hôpital. Et les soldats russes tirent sur les positions ukrainiennes par les fenêtres de l'hôpital. Le bâtiment est presque complètement détruit. Les médecins et les patients sont au sous-sol. Il n'y a pas suffisamment de matériel ni de médicaments, il n'y a même plus de murs ni de fenêtres. Les gens sont assis ou allongés par terre, au sous-sol.

AC : Les Américains et leurs alliés ont lancé ce mercredi un groupe de travail international, chargé de veiller au respect des sanctions qui ont été prises. Ils veulent notamment s'assurer que les biens des milliardaires russes sanctionnés sont effectivement saisis. L'Espagne a annoncé ce mercredi qu'elle avait immobilisé un yacht, un bateau de luxe, appartenant à un oligarque russe. Les sanctions viennent aussi du secteur privé : de nombreuses entreprises ont annoncé leur départ de Russie ou l’arrêt de leurs activités sur place. Mais certains groupes ne peuvent partir en raison de questions juridiques. Anne Verdaguer. 

Il y a ceux qui sont partis très vite, et les grands groupes qui sont bien décidés à rester comme Total Energies, mais d'autres ne parviennent pas à quitter le pays. Nos confrères de la BBC révèlent que les groupes hôteliers Accor et Marriot, les magasins Marks et Spencer ou encore les enseignes de fast food Mc Donalds et Burger King continuent leurs activités en Russie contre leur volonté. La raison ? Ces entreprises possèdent des franchises en Russie qui sont gérées par d'autres sociétés. Et la décision de fermer est très difficile à mettre en place sans s'exposer à des conséquences juridiques. Du coup, ils trouvent des parades, Marks et Spencer n'envoient plus de marchandises sur place, et donne plus d’un million d'euros aux réfugiés. Accor, qui a 57 hôtels en Russie et 3,500 employés, a suspendu l'ouverture de nouveaux établissements sur place. Burger King va rediriger les profits de ses enseignes russes vers l'humanitaire en direction de l'Ukraine. Au-delà de la volonté politique, il y a pour ces multinationales, l'inquiétude d'une réputation ternie, et d'appels au boycott.

AC : La Cour internationale de justice ordonne à la Russie de suspendre immédiatement ses opérations militaires en Ukraine. Le plus haut tribunal de l'ONU se dit « profondément préoccupée » par l'ampleur des combats.
Après ce jugement, Kiev a salué « une victoire complète de la justice et une victoire complète de l'Ukraine ». Mais la Cour internationale de justice n'a aucun moyen de faire respecter sa décision. 

Enfin en France, le gouvernement a présenté un plan ce mercredi pour faire face à la montée des prix, causée par le conflit en Ukraine. Le gouvernement va aider les entreprises dont les dépenses de gaz et d'électricité ont beaucoup augmenté. La moitié du surcout énergétique de ces entreprises pourra être prise en charge. Cette mesure devrait couter trois milliards d'euros. Le plan prévoit aussi d'aider les agriculteurs qui doivent faire face à une augmentation des prix de la nourriture animale. 

C’est la fin de ce Journal en français facile, merci de l’avoir écouté.

Article publié le 16/03/2022

RFI - Radio France Internationale