Cliquez sur le logo pour apprendre le français

[Télécharger le journal]

Infos en français facile : Édition du 10/03/2022 20h00

Transcription

GUERRE EN UKRAINE : les chars russes aux portes de Kiev ;et autres nouvelles.

Anne Corpet : Vous écoutez RFI, il est 21h à Paris. Bienvenue dans le Journal en français facile présenté ce soir avec Zéphirin Kouadio, bonsoir.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Anne, bonsoir à toutes et à tous. Au sommaire, les combats se rapprochent de la capitale ukrainienne. 
AC : Les chars russes sont aux portes de Kiev. La moitié des habitants ont quitté la ville. 

ZL : Le premier sommet européen depuis le début de la guerre se tient en ce moment à Versailles. 
AC : Les 27 cherchent les moyens de réduire leur dépendance vis-à-vis de la Russie pour leur approvisionnement en gaz, charbon et pétrole. 

ZK : Le propriétaire russe du club de football de Chelsea sanctionné.
AC : Les avoirs du milliardaire Roman Abramovitch ont été gelés. Une décision prise par le gouvernement britannique. Elle rend impossible la vente du club anglais.

ZK : Et puis Gérard Depardieu est bien mis en examen pour le viol d'une jeune comédienne.
AC : Le célèbre acteur demandait l'annulation de la procédure lancée en 2018, mais la justice française estime qu'il existe des indices graves qui justifient le maintien des charges contre lui. 

----

ZK : Les chars russes se rapprochent de la capitale ukrainienne.

AC : Ils sont maintenant aux portes de la ville. Les troupes russes cherchent à encercler la capitale. Selon le maire de Kiev, plus de la moitié des habitants ont quitté la ville. Correspondance à Irpine dans les faubourgs ouest de Kiev, de nos envoyés spéciaux Pierre Olivier et Bertrand Haeckler.

C’est l’armée ukrainienne qui a elle-même bombardé ce pont il y a quelques jours pour couper la route qui mène vers la capitale, Kiev. Nous nous trouvons avec Bertrand Haeckler dans les décombres sous ce pont, ou plutôt ce qu'il en reste et à quelques kilomètres de nous, les combats se poursuivent dans la ville d'Hostomel. C'est de l'autre côté du pont et on entend de façons incessantes des explosions et de très fortes détonations. Un énorme panache de fumée monte dans le ciel au-dessus de la ville. Là où nous nous trouvons, des centaines d'habitants fuient les zones de combat dans ce qui est devenu un corridor humanitaire. En équilibre sur les débris instables du pont, ils traversent la rivière en contrebas. Des soldats portent également des brancards avec des vieillards allongés, transis par le froid. Le vent ici et glacial. Certains habitants se sont réfugiés sous l'autre partie du pont et attendent désespérément de retrouver un fils, une fille, un membre de leur famille. Beaucoup expliquent avoir fui dans la précipitation. Et il n'y a plus aucun réseau téléphonique ici dans cette zone, ce qui rend les retrouvailles très compliquées. Tous ces gens racontent la même chose, l'enfer des combats, les maisons bombardées et l'avancée des troupes russes, qui sont à seulement quelques kilomètres à présent. Pierre, Olivier Bertrand Haeckler, Irpine, RFI. 

ZK : Et puis à noter ce bilan du bombardement d’un hôpital pour enfants, c’était hier à Marioupol.

AC : 3 personnes dont une petite fille ont été tuées. Le président ukrainien a dénoncé un crime de guerre. L'armée russe, elle parle de « mise en scène » de « nationalistes » ukrainiens. 

ZK : La situation est particulièrement difficile dans cette ville du sud du pays.

AC : Elle est soumise à un siège : les troupes russes l'encerclent. Il n'y a plus d'eau ni de gaz ou d'électricité et la nourriture commence à manquer.

ZK : Des couloirs humanitaires ont été ouverts ce jeudi autour de plusieurs villes.

AC : Ils ont permis l'évacuation de civils de zones durement frappées par les combats. Plus de 80 000 personnes ont été évacuées en deux jours des villes assiégées de Soumy et des environs de Kiev, selon le gouvernement ukrainien.

ZK : Les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien se sont retrouvés aujourd'hui en Turquie.

AC : C'est la première rencontre à ce niveau depuis le début de la guerre. Mais les discussions n'ont pas permis d'avancer vers un cessez-le-feu. 

ZK : Les chefs d'États et de gouvernement de l'Union européenne sont réunis à Versailles ce jeudi et ce vendredi.

AC : C'est le premier sommet européen depuis le début de l'invasion russe en Ukraine. Les dirigeants européens cherchent les moyens de sortir de leur dépendance au gaz, au pétrole et charbon russes. Niel Makaroff, responsable des politiques européennes au sein du réseau action climat, espère qu'un plan concret sera décidé lors de ce sommet. Niel Makaroff, au micro de Jeanne Richard.

« Pour faire sortir l'Europe de sa dépendance aux énergies fossiles, certains sont en train de pousser l'idée de nouvelles routes du gaz, notamment venant du Qatar ou des États-Unis. Remplacer en fait une dépendance aux énergies fossiles russes par d'autres énergies fossiles ne fait, en faite, que déplacer le problème et ne nous rendra pas plus indépendant d'un point de vue énergétique. La vraie porte de sortie de cette crise énergétique que l'on connaît et qui alimente la guerre en Ukraine évidemment, mais qui alimente également la crise climatique, c'est accélérer la transition écologique massivement à travers plusieurs leviers. Les leviers de sobriété, c'est-à-dire faire des économies d'énergie sur le très court terme, mais aussi le levier des énergies renouvelables qui doivent être vraiment les énergies sur lesquelles on doit parier parce que ce sont les moins chers, les plus rapidement déployable et celles qui peuvent nous permettre de limiter fortement notre dépendance aux énergies fossiles sur le très court terme. 

AC : Et on vient de l'apprendre : la Commission européenne va proposer un plan pour que l'Union n'utilise plus d'énergies fossiles russes d'ici 2027, c'est ce qu'a annoncé la présidente de la commission Ursula Von Der Layen. 

ZK : Au chapitre des sanctions : le président du club de football de Chelsea Roman Abramovitch voit ses avoirs gelés en Angleterre. 

AC : La Russie ne peut plus réaliser de transactions financières avec des particuliers et des entreprises britanniques. Des sanctions qui ne concernent pas le club Chelsea FC : il bénéficie d'une licence pour poursuivre un « certain nombre d'activités ». Mais, la vie du club, champion d’Europe en titre, va tout de même être sérieusement impactée. Simon Bourtembourg.

Des affiches placardées sur les devantures des boutiques du club pour signaler leur fermeture. Voilà le premier signe visible des sanctions éditées par le gouvernement britannique à l'encontre de Roman Abramovitch. Le milliardaire russe propriétaire de Chelsea est à son tour pointé du doigt pour ses liens avec Vladimir Poutine. Il voit ses avoirs au Royaume-Uni gelés. Officielle depuis quelques jours, la mise en vente du club de football londonien est donc suspendue. Néanmoins, le gouvernement a publié une licence qui autorise les Blues à poursuivre un certain nombre d'activités. Les champions d'Europe en titre peuvent continuer de jouer en Premier League, mais ils ne pourront par exemple pas dépenser plus de 20 000 livres en frais de déplacement pour les matchs à l’extérieur. Les salaires eux continueront à être versés, mais impossible pour Chelsea de proposer de nouveaux contrats. Budgets épiés et rentrées d'argent limitées, le club peut tout de même continuer de percevoir des droits TV, mais plus aucune place ou produit dérivé ne pourra être proposé à la vente. Conséquence indirecte de ces sanctions, l'opérateur téléphonique Three, sponsor maillot de Chelsea annonce suspendre son partenariat avec les Blues.

ZK : Simon Bourtembourg. La justice française confirme la mise en examen pour « viols » et « agressions sexuelles » de Gérard Depardieu. 

AC : Une comédienne, âgé de 22 ans au moment des faits, avait porté plainte contre l'acteur fin août 2018. Elle affirmait avoir été violée par Gérard Depardieu, un ami de la famille de la jeune femme, qu'il connaît depuis son enfance. Gérard Depardieu a toujours nié. Il avait déjà été mis en examen, mais avait demandé la nullité de la procédure. Elle vient d'être finalement confirmée. Marine de La Moissonnière. 

La chambre d'instruction de la Cour d'appel de Paris considère qu'il y a « des indices graves ou concordants qui justifient » la mise en examen de Gérard Depardieu. L'enquête va, donc, se poursuivre pour tenter de savoir précisément ce qui s'est passé en août 2018 dans l'hôtel particulier que l'acteur possède dans le 6e arrondissement de la capitale. Charlotte Arnould, jeune comédienne, 22 ans à l'époque, affirme que Gérard Depardieu, un grand ami de son père, qu'elle connaît depuis toute petite, l'a violé deux fois. Le monument du cinéma français, âgé de 73 ans, se dit, lui, innocent. En juillet 2019, le ministère public avait classé l'affaire sans suite après 9 mois d'investigations estimant que les infractions n'avaient pas pu être caractérisées. La jeune femme a porté plainte à nouveau en août 2020. Cette fois avec constitution de partie civile, ce qui a entraîné la réouverture de l'enquête. Et c'est dans ce cadre que Gérard Depardieu a été entendu par la juge d'instruction puis mis en examen, en décembre 2020. Une décision confirmée aujourd'hui. L'acteur, actuellement à l'affiche de plusieurs films, reste libre sans contrôle judiciaire.

ZK : Marine de La Moissonnière. Enfin le nombre d'hospitalisations en France à cause du Covid continue de baisser.

AC : Il y a maintenant moins de 2 000 personnes en soins intensifs sur quelques 21 000 malades hospitalisés. Mais le nombre de contaminations augmente. Le gouvernement a annoncé la fin du port obligatoire du masque pour lundi prochain. 

C’est la fin de ce Journal en français facile, merci de l’avoir écouté, rendez-vous demain même heure sur RFI.

Article publié le 10/03/2022

RFI - Radio France Internationale